Siegfried

Siegfried
Commenti disabilitati su Siegfried, 05/12/2013, by , in Kairós, Opera, Opéra de Paris, Teatro Musicale

[Seconda giornata in tre atti (1876) |  Musiche e libretto di Richard Wagner | Una produzione dell’Opéra National de Paris | Opéra National de Paris Opéra Bastille | Direzione musicale : Philippe Jordan | Regia : Günter Krämer | Scenografie : Jürgen Bäckmann | Costumi : Falk Bauer | Creatore Luci : Diego Leetz | Coreografie : Otto Pichler | Personaggi ed interpreti : Alberich : Peter Sidhom – Brünnhilde : Alwyn Mellor – Siegfried : Torsten Kerl – Der Wanderer : Egils Silins – Erda : Qui Lin Zhang – Fafner : Peter Lobert – Mime : Wolfgang Ablinger-Sperrhacke – Waldvogel : Elena Tsallagova | Orchestre de l’Opéra National de Paris – Cor solo : Vladimir Dubois | Rappresentazione del 18 marzo 2013]

Se nelle due “giornate” precedenti si era preannunciato l’arrivo di un eroe impavido e forte, nella terza “giornata” del Ring, eccolo apparire davanti a noi. Quest’opera racconta la storia dell’eroe destinato a portare gli dei al crepuscolo della loro stirpe: Siegfried. Attraverso l’utilizzo di colori intensi e luminosi come il verde ed il giallo, il regista esprime la forza, un po’ rozza, e l’ironia presenti nella partitura di Wagner. Vi ritroviamo, infatti, un Siegfried adolescente e capriccioso, interpretato da Torsten Kerl, uno dei maggiori Heldentenor degli ultimi anni, e seguiamo il suo percorso e la sua maturazione attraverso le sue gesta.
Il pubblico è colpito dalla forza delle immagini, che si fanno sempre più scure, via via che il protagonista cresce nella storia. In Siegfried si alternano scene luminose e ricche di elementi e scene buie e quasi vuote. Siegfried forgia la famosa spada Nothung e percorre il mondo in cerca di gloria. Dopo aver ucciso il drago Fafner, scopre il linguaggio degli uccelli: questi lo mettono in guardia contro il Nano Mime e gli parlano di una bellissima donna addormentata nella montagna. Qui lo spettatore ritrova la scala di metallo presente nelle altre rappresentazioni, e vede, come sospesa su di essa, Brünnhilde vestita di un bianco accecante. Risvegliata dall’eroe, i due protagonisti si promettono  amore eterno. Una scena molto luminosa, rischiarata da un sole giallo-arancione abbagliante, conclude il Siegfried.
Quest’opera è forse la più “positiva” del ciclo wagneriano. Ora tutti i personaggi sono stati presentati, e non sanno ancora che il Fato li travolgerà inevitabilmente nell’ultima giornata del Ring.

Le rappresentazioni si svolte dal 21 marzo al 7 aprile 2013 all’ Opéra National de Paris Opéra Bastille.

Articolo e fotografie a cura di: Emilie Brouchon

[Deuxième journée en trois actes (1876) |  Musique et livret de Richard Wagner | Une production de l’Opéra National de Paris | Opéra National de Paris Opéra Bastille | Direction musicale : Philippe Jordan | Mise en scène : Günter Krämer | Décors : Jürgen Bäckmann | Costumes : Falk Bauer | Lumières : Diego Leetz | Mouvements chorégraphiques : Otto Pichler | Personnages et interprètes : Alberich : Peter Sidhom – Brünnhilde : Alwyn Mellor – Siegfried : Torsten Kerl – Der Wanderer : Egils Silins – Erda : Qui Lin Zhang – Fafner : Peter Lobert – Mime : Wolfgang Ablinger-Sperrhacke – Waldvogel : Elena Tsallagova | Orchestre de l’Opéra National de Paris – Cor solo : Vladimir Dubois | Représentation du 14 février 2013 | Représentation du 18 mars 2013]

Si les deux « journées » précédentes annonçaient l’arrivée d’un héros vaillant et sans peur, nous le découvrons enfin dans la troisième « journée » du Ring. Cet opéra raconte l’histoire du héros destiné à causer la chute des dieux et de leur espèce : Siegfried. Le metteur en scène exprime la force un peu brut et l’ironie présentes dans la partition de Wagner,  grâce à  l’utilisation de couleurs vives et intenses comme le vert et le jaune.  Et effectivement, on retrouve un Siegfried adolescent et capricieux, interprété par Torsten Kerl (l’un des plus importants heldentenor de ces dernières années), et l’on suit son parcours et son évolution à travers ses exploits.
Le public est frappé par la force des images qui s’assombrissent au fur et à mesure que le protagoniste grandit. L’alternance entre un plateau riche d’éléments scéniques et lumineux et un plateau presque vide et sombre est très marquée dans Siegfried. Le héros wagnérien forge sa célèbre épée Nothung et parcours le monde à la recherche de la gloire. Grâce au sang du dragon Fafner qu’il a tué, il découvre le langage des oiseaux : ceux-ci le mettent en garde contre le Nain Mime et lui parlent également d’une très belle jeune femme endormie dans la montagne. Le spectateur retrouve ainsi l’escalier métallique des autres représentations, e aperçoit, comme suspendue au dessus, une Brünnhilde habillée d’un blanc aveuglant. Réveillée par Siegfried, tous deux se promettent un amour éternel. Une scène très lumineuse clôt l’opéra de façon très optimiste, grâce à l’apparition d’un soleil jaune-orangé intense.
Siegfried est sans doute l’opéra le plus « positif » du cycle wagnérien. Maintenant, tous les personnages ont été présentés : ils ne se doutent malheureusement pas que le Destin bouleversera inévitablement leurs vies dans la dernière journée du Ring.

Les représentations ont eu lieu du  21 mars au 7 avril 2013 à l’ Opéra National de Paris Opéra Bastille.

Article et photographies : Emilie Brouchon

 

About Emilie Brouchon

Emilie Brouchon nasce a Parigi. Specializzata nella fotografia di scena, ha seguito il Corso di Fotografia di scena all'Accademia alla Scala di Milano. Ha lavorato per diversi anni come attrice, assistente alla regia e traduttrice tecnica di palcoscenico in Francia e in Italia, dove ha vissuto per 10 anni. Diplomata come attrice della Scuola del Teatro Biondo Stabile di Palermo, ha lavorato allo Stabile prima di trasferirsi a Milano e collaborare con vari teatri tra cui: il Piccolo Teatro di Milano, il Théâtre de l'Odéon di Parigi, la Comédie-Studio des Champs-Elysées, e con artisti quali: Giorgio Albertazzi, Luca Ronconi, Jean-Pierre Vincent, Daniel Auteuil, Maurizio Scaparro, Antonio Latella, Pietro Carriglio e altri. Vivendo attualmente a Parigi, collabora come fotografa con l'Opéra National di Parigi e con altre compagnie e realtà teatrali parigine. |||||||||||||||||||||||||||| Emilie Brouchon nait à Paris. Spécialisée dans la photographie de spectacles vivants, j'ai suivi une formation à l'Accademia alla Scala de Milan intitulée Fotografi di scena. Par ailleurs j'ai travaillé plusieurs années comme comédienne professionnelle, assistante à la mise en scène, et traductrice-plateau en France et en Italie, où j'ai vécu pendant 10 ans. J'y ai acquis une très bonne connaissance de la culture et de la langue italienne. J'ai travaillé entre autres avec le Teatro Biondo Stabile de Palerme, avec le Piccolo Teatro de Milan, le Théâtre de l'Odéon de Paris, la Comédie-Studio des Champs-Elysées, et des artistes comme Giorgio Albertazzi, Luca Ronconi, Daniel Auteuil, Jean-Pierre Vincent, Maurizio Scaparro, Pietro Carriglio, Antonio Latella et autres. Vivant actuellement à Paris, je collabore, entre autres, avec l'Opéra National de Paris et d'autres réalités théâtrales parisiennes.De par ma formation, une attention toute particulière est portée à la spontanéité et l'expressivité des artistes.
UA-30266169-1 Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: