I Puritani

I Puritani
Commenti disabilitati su I Puritani, 23/01/2014, by , in Kairós, Opera, Opéra de Paris, Teatro Musicale

[Melodramma serio en trois parties (1835) de Vincenzo Bellini | Musique de Vincenzo Bellini (1801-1835)| Livret de Carlo Pepoli | Une nouvelle production de l’Opéra National de Paris | Opéra National de Paris Opéra Bastille | Direction musicale: Michele Mariotti | Mise en scène et costumes: Laurent Pelly | Décors: Chantal Thomas | Lumières: Joël Adam | Personnages et interprètes Lord Gualtiero Valton: Wojtek Smilek – Sir Giorgio : Michele Pertusi – Lord Arturo Talbot: Dimitry Korchak – Sir Riccardo Forth: Mariusz Kwiecien – Sir Bruno Roberton: Luca Lombardo – Enrichetta di Francia: Andreea Soare – Elvira: Maria Agresta | Orchestre et Choeur de l’Opéra National de Paris | Chef du Choeur: Patrick Marie Aubert | Représentation du 22 novembre 2013 ]

I Puritani, ultima opera di Bellini, morto a soli 34 anni, è stata rappresentata per la prima volta al Théâtre des Italiens di Parigi il 25 gennaio 1835: fu subito un grande successo. Certo, il compositore aveva cambiato librettista: exit Felice Romani con il quale collaborava da sempre, e promosso Carlo Pepoli, poeta e patriota italiano esiliato a Parigi. La scelta del soggetto teatrale avviene dopo una lettura del Dramma Têtes rondes et Cavaliers d’Ancelot e Sartine, basato sulla storia inglese del XVII secolo: la lotta tra i monarchici e Cromwell.

L’opera di Bellini rispecchia egregiamente la storia di questi tragici eventi: ne fa un melodramma puro! Si narra della storia d’amore tra la giovane Elvira ed Arturo Talbot, sostenitore degli Stuart. Egli aiuta nella sua fuga Enrichetta di Francia, vedova di Re Carlo I d’Inghilterra. Elvira perde la ragione, pensando che il suo innamorato l’abbia abbandonata. Quando finalmente Arturo torna, inseguito dai seguaci di Cromwell, i due si chiariscono, ma i soldati catturano il fuggitivo che viene condannato a morte. Per fortuna, annunciata la disfatta degli Stuart, Cromwell pronuncia un’amnistia. Arturo è salvo e puo’ finalmente sposare la sua adorata Elvira.

E’ cosi che, nel corso di questo melodramma, in puro stile belcantistico, il giovane Direttore d’orchestra italiano, Michele Mariotti, e, insieme a lui, il regista Laurent Pelly (uno dei giovani registi francesi più bravi ed interessanti della sua generazione), trascina lo spettatore attraverso i secoli. La scenografia, un’unica struttura di metallo che varia a seconda delle luci e del movimento conferitole, rappresenta, di volta in volta, un palazzo, una stanza, insomma i vari luoghi del dramma. Questa forma agevola i cantanti, vestiti secondo i canoni del XVII secolo inglese; i colori usati sono il grigio, il blu, e soprattutto il nero, tipico dei puritani, conferendo alla scena l’effetto di un fotogramma in bianco e nero. I Puritani non veniva rappresentata all’Opéra di Parigi dal 1987.

Lo spettacolo è andato in scena dal 25 Novembre al 19 Dicembre 2013 all’Opéra National de Paris – Opéra Bastille | Articolo e fotografie a cura di: Emilie Brouchon 

I Puritani, dernier opéra de Bellini (il meurt à seulement 34 ans en 1835), a été représenté pour la première fois au Théâtre des Italiens de Paris le 25 janvier 1835: le succès est au rendez-vous. Il est vrai que le compositeur a changé de librettiste: exit Felice Romani avec lequel il collaborait régulièrement, et promu Carlo Pepoli, un poète et patriote italien exilé à Paris. Le choix du sujet a lieu suite à une lecture du drame Têtes rondes et Cavaliers de d’Ancelot et Sartine, basé sur l’histoire anglaise du XVII° siècle: la lutte entre les monarchistes et les partisans de Cromwell. L’opéra de Bellini en reflète parfaitement les événements tragiques: il en fait un pur mélodrame!

L’oeuvre parle de l’histoire d’amour entre la jeune Elvira et Arturo Talbot, partisan des Stuart. Ce dernier aide Enrichetta di Francia, la veuve du Roi Carlo I° d’Inghilterra, à fuir. Elvire, qui croit que son amoureux l’abandonne, perd la raison. Tout deux s’expliquent, lorsque le jeune Arturo revient en Angleterre, alors qu’il est poursuivi par les soldats de Cromwell: fait prisonnier, le fugitif est condamné à mort. Heureusement, Cromwell prononce une amnistie à l’annonce de la défaite des Stuart. Arturo est sauf, il peut enfin épouser son adorée Elvire.

C’est ainsi que, pendant que se joue ce mélodrame en pur style belcanto, le spectateur est transporté à travers les siècles grâce au jeune chef d’orchestre italien Michele Mariotti et au metteur en scène Laurent Pelly (un des jeunes metteur en scène les plus intéressants de sa génération): la scène est vide, à l’exception d’une immense structure métallique posée sur un plateau tournant, qui change selon les lumières et les mouvements rotatifs, représentant un palais, une chambre, en bref, les différents lieux dans lesquels se joue le drame. Cette structure aide les mouvements des chanteurs, habillés selon les codes vestimentaires du XVII° siècle anglais; les couleurs utilisées sont d’ailleurs le gris, le bleu, et surtout le noir, typique des Puritains, donnant ainsi à la scène un effet de photographie en noir et blanc. I Puritani n’a pas été joué à l’Opéra de Paris depuis 1987.

Le spectacle a eu lieu du 25 novembre au 19 décembre 2013 à l’Opéra National de Paris – Opéra Bastille | Article et photographies: Emilie Brouchon

[Melodramma serio en trois parties (1835) de Vincenzo Bellini | Musique de Vincenzo Bellini (1801-1835)| Livret de Carlo Pepoli | Une nouvelle production de l’Opéra National de Paris | Opéra National de Paris Opéra Bastille | Direction musicale: Michele Mariotti | Mise en scène et costumes: Laurent Pelly | Décors: Chantal Thomas | Lumières: Joël Adam | Personnages et interprètes Lord Gualtiero Valton: Wojtek Smilek – Sir Giorgio : Michele Pertusi – Lord Arturo Talbot: Dimitry Korchak – Sir Riccardo Forth: Mariusz Kwiecien – Sir Bruno Roberton: Luca Lombardo – Enrichetta di Francia: Andreea Soare – Elvira: Maria Agresta | Orchestre et Choeur de l’Opéra National de Paris | Chef du Choeur: Patrick Marie Aubert | Représentation du 22 novembre 2013 ]

About Emilie Brouchon

Emilie Brouchon nasce a Parigi. Specializzata nella fotografia di scena, ha seguito il Corso di Fotografia di scena all'Accademia alla Scala di Milano. Ha lavorato per diversi anni come attrice, assistente alla regia e traduttrice tecnica di palcoscenico in Francia e in Italia, dove ha vissuto per 10 anni. Diplomata come attrice della Scuola del Teatro Biondo Stabile di Palermo, ha lavorato allo Stabile prima di trasferirsi a Milano e collaborare con vari teatri tra cui: il Piccolo Teatro di Milano, il Théâtre de l'Odéon di Parigi, la Comédie-Studio des Champs-Elysées, e con artisti quali: Giorgio Albertazzi, Luca Ronconi, Jean-Pierre Vincent, Daniel Auteuil, Maurizio Scaparro, Antonio Latella, Pietro Carriglio e altri. Vivendo attualmente a Parigi, collabora come fotografa con l'Opéra National di Parigi e con altre compagnie e realtà teatrali parigine. |||||||||||||||||||||||||||| Emilie Brouchon nait à Paris. Spécialisée dans la photographie de spectacles vivants, j'ai suivi une formation à l'Accademia alla Scala de Milan intitulée Fotografi di scena. Par ailleurs j'ai travaillé plusieurs années comme comédienne professionnelle, assistante à la mise en scène, et traductrice-plateau en France et en Italie, où j'ai vécu pendant 10 ans. J'y ai acquis une très bonne connaissance de la culture et de la langue italienne. J'ai travaillé entre autres avec le Teatro Biondo Stabile de Palerme, avec le Piccolo Teatro de Milan, le Théâtre de l'Odéon de Paris, la Comédie-Studio des Champs-Elysées, et des artistes comme Giorgio Albertazzi, Luca Ronconi, Daniel Auteuil, Jean-Pierre Vincent, Maurizio Scaparro, Pietro Carriglio, Antonio Latella et autres. Vivant actuellement à Paris, je collabore, entre autres, avec l'Opéra National de Paris et d'autres réalités théâtrales parisiennes.De par ma formation, une attention toute particulière est portée à la spontanéité et l'expressivité des artistes.
UA-30266169-1 Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: