Die Walküre

Die Walküre
Commenti disabilitati su Die Walküre, 28/11/2013, by , in Kairós, Opera, Opéra de Paris

[Prima giornata in tre atti (1870) | Musiche e libretto di Richard Wagner | Una produzione dell’Opéra National de Paris | Opéra National de Paris Opéra Bastille | Direzione musicale: Philippe Jordan | Regia: Günter Krämer | Scenografie: Jürgen Bäckmann | Costumi: Falk Bauer | Creatore Luci: Diego Leetz | Coreografie: Otto Pichler | Personaggi ed interpreti Hundig: Günther Groissböck – Siegmund: Stuart Skelton – Sieglinde: Martina Serafin – Brünnhilde: Alwyn Mellor – Fricka: Sophie Koch – Gerhilde: Kelly God – Grimgerde: Ann-Beth Solvang – Helmwige: Barbara Morihien – Ortlinde: Carola Höhn – Rossweisse: Louise Callinan – Schwerleite: Wiebke Lehmkuhl – Siegrune : Helene Ranada – Waltraute : Silvia Hablowetz – Wotan: Egils Silins – Rossweisse: Louise Callinan – Schwerleite: Wiebke Lehmkuhl | Orchestre de l’Opéra National de Paris | Rappresentazione del 14 febbraio 2013 ]

Die Walküre, creata a Monaco di Baviera il 26 giugno del 1870 e rappresentata a Parigi per la prima volta il 12 maggio 1893 all’Opéra Garnier, è la seconda opera della Tetralogia wagneriana e, forse, quella più “popolare” del Ring.  Non a caso la sua famosa cavalcata è stata ripresa anche dal mondo del cinema.
In quest’opera, il regista crea un susseguirsi di quadri legati tra loro dall’apparizione di elementi come le lettere, lo specchio attraverso il quale si riflette la dualità delle scelte di Wotan, Fricka, la sola vestita di rosso, o Brünnhilde, la valchiria. Di grande impatto visivo la scena iniziale costituita da una scala di metallo e da corpi nudi, preludio dell’ultima opera e scala ripresa come simbolo nella scena finale, quando Wotan fa apparire un muro di fuoco. La regia di Günter Krämer  sottolinea la linea musicale di questa opera, a detta di Philippe Jordan, il direttore musicale, la più “italiana” del Ring. Lo scenografo e il lighting designer  usano molto i colori freddi,  quasi sempre il bianco e il grigio, come richiamo al metallo che rappresenta la guerra civile che divide gli umani.
Infine, la scena finale, il sacrificio di Brünnhilde che perde l’immortalità, con questo fuoco rosso, preannuncia Siegfried, dai colori più gioiosi ed “ironici”.

Lo spettacolo è andato in scena dal 20 Febbraio al 10 Marzo 2013 all’ Opéra National de Paris Opéra Bastille.

Articolo e fotografie a cura di: Emilie Brouchon

[Première journée en trois actes (1870) | Musique et livret de Richard Wagner | Une production de l’Opéra National de Paris | Opéra National de Paris Opéra Bastille | Direction musicale : Philippe Jordan | Mise en scène : Günter Krämer | Décors : Jürgen Bäckmann | Costumes : Falk Bauer | Lumières : Diego Leetz | Mouvements chorégraphiques : Otto Pichler | Personnages et interprètes Hundig : Günther Groissböck – Siegmund : Stuart Skelton – Sieglinde : Martina Serafin – Brünnhilde : Alwyn Mellor – Fricka : Sophie Koch – Gerhilde : Kelly God – Grimgerde : Ann-Beth Solvang – Helmwige : Barbara Morihien – Ortlinde : Carola Höhn – Rossweisse : Louise Callinan – Schwerleite : Wiebke Lehmkuhl – Siegrune : Helene Ranada – Waltraute : Silvia Hablowetz – Wotan : Egils Silins – Rossweisse : Louise Callinan – Schwerleite : Wiebke Lehmkuhl |Orchestre de l’Opéra National de Paris | Représentation du 14 février 2013 ]

Créée à Munich le 26 juin 1870 (et représentée pour la première fois le 12 mai 1893 à l’Opéra Garnier à Paris), Die Walküre est le deuxième opéra de la Tétralogie wagnérienne et peut-être le plus « populaire » du Ring. Ce n’est en effet pas un hasard si sa célèbre chevauchée a été utilisée dans le monde du cinéma.
Dans cet opéra, le metteur en scène crée une succession de tableaux tous reliés entre eux par l’apparition d’éléments scéniques comme les lettres, le miroir à travers se reflète la dualité des choix de Wotan, Fricka (la seule vêtue de rouge) ou encore Brünnhilde, la walkirie. Le choc visuel de la scène d’ouverture est très fort : des corps nus et blessés « posés » sur un immense escalier métallique, prélude au dernier opéra, escalier repris comme symbole dans la dernière scène lorsque Wotan fait apparaître un mur de feu. La mise en scène de Günter Krämer accompagne la ligne musicale de cet opéra, sans doute le plus « italien » du Ring (selon Philippe Jordan, le directeur musical). Les décors et les lumières contribuent, en utilisant des couleurs froides et métalliques, à représenter la guerre civile qui déchire les hommes.
La scène finale, lorsque Brünnhilde perd l’immortalité, annonce avec son rouge feu Siegfried, aux couleurs plus joyeuses et «ironiques».

Les représentations ont eu lieu du 20 février au 10 mars 2013 à l’Opéra National de Paris Opéra Bastille.

Article et photographies d’Emilie Brouchon

About Emilie Brouchon

Emilie Brouchon nasce a Parigi. Specializzata nella fotografia di scena, ha seguito il Corso di Fotografia di scena all'Accademia alla Scala di Milano. Ha lavorato per diversi anni come attrice, assistente alla regia e traduttrice tecnica di palcoscenico in Francia e in Italia, dove ha vissuto per 10 anni. Diplomata come attrice della Scuola del Teatro Biondo Stabile di Palermo, ha lavorato allo Stabile prima di trasferirsi a Milano e collaborare con vari teatri tra cui: il Piccolo Teatro di Milano, il Théâtre de l'Odéon di Parigi, la Comédie-Studio des Champs-Elysées, e con artisti quali: Giorgio Albertazzi, Luca Ronconi, Jean-Pierre Vincent, Daniel Auteuil, Maurizio Scaparro, Antonio Latella, Pietro Carriglio e altri. Vivendo attualmente a Parigi, collabora come fotografa con l'Opéra National di Parigi e con altre compagnie e realtà teatrali parigine. |||||||||||||||||||||||||||| Emilie Brouchon nait à Paris. Spécialisée dans la photographie de spectacles vivants, j'ai suivi une formation à l'Accademia alla Scala de Milan intitulée Fotografi di scena. Par ailleurs j'ai travaillé plusieurs années comme comédienne professionnelle, assistante à la mise en scène, et traductrice-plateau en France et en Italie, où j'ai vécu pendant 10 ans. J'y ai acquis une très bonne connaissance de la culture et de la langue italienne. J'ai travaillé entre autres avec le Teatro Biondo Stabile de Palerme, avec le Piccolo Teatro de Milan, le Théâtre de l'Odéon de Paris, la Comédie-Studio des Champs-Elysées, et des artistes comme Giorgio Albertazzi, Luca Ronconi, Daniel Auteuil, Jean-Pierre Vincent, Maurizio Scaparro, Pietro Carriglio, Antonio Latella et autres. Vivant actuellement à Paris, je collabore, entre autres, avec l'Opéra National de Paris et d'autres réalités théâtrales parisiennes.De par ma formation, une attention toute particulière est portée à la spontanéité et l'expressivité des artistes.
UA-30266169-1 Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: